En sortant de chez Phil après le match, je me rends compte que j’ai oublié mes clefs d’appart’ à la boîte. Heureusement que je n’habite pas  loin, il me suffit de faire un crochet à pieds.

 

On a bu de la Biérataise devant la télé. Elle est bonne et à force elle remue. Pour fêter la victoire on a ouvert une petite dernière, bien fraîche.
Je ne suis pas à l’agence depuis longtemps, on a tout de suite sympathisé avec Phil. Je me plais bien dans ce job. La patronne pète-sec avec ses petits tailleurs, elle se la joue working girl, mais elle a l’air pas mal. La secrétaire est toute mignonne, les autres collègues ça va aussi, je crois qu’ils m’ont bien accepté. Je suis le boute en train moi ici ils disent.
De la lumière chez Didier, l’ingé d’affaires. Il regardait pas le match ? Quel bosseur celui-là. Faudrait pas me demander de travailler à des heures pareilles . Y cause pas bezef, plutôt sympatoche, l'air de pas y toucher.
Avec le trop plein de bière que je me tiens, je m'enverrais bien un double expresso de la machine à café. Je file là-haut chercher ces foutues clés, je dis bonsoir, et je me pique à la caféine, y en a besoin. 

Tiens, ça bouge dans le bureau, il serait pas seul ? Je sais pas si je dois avancer ou reculer. Je bouge pas. Ah ben on rigole bien là dedans. Euh ... On dirait même qu’y font pas que rigoler. Oups je me fais tout petit et je me barre moi. Tant pis pour l’expresso. Ce Didier j'y crois pas  ! 

La tronche de la patronne si elle savait ce qui se passe à l’agence la nuit.
En tout cas, lotus et mouche cousue.